Nuage de tags

Recevoir la Newsletter

Pour suivre la vie du blog abonnez-vous à la Lettre d'Information.
Veuillez saisir votre adresse email
 

Réseaux sociaux

Gérer une « grande gueule »

Parmi les personnages désagréables que l’on peut être amené à rencontrer lorsque l’on anime une réunion, la « grande gueule » peut être une gêne très importante. Son attitude n’est pas dirigée spécifiquement contre l’animateur de la réunion, mais il prend plaisir à intervenir à tout bout de champ, à donner son avis sur tout, surtout s’il est en contradiction avec un consensus qui pourrait se dégager. En général, ce personnage n’aura aucun scrupule à interrompre un autre participant et à affirmer ses positions sur un ton péremptoire qui ne devait laisser place à aucune contestation. Evidemment, très vite, ce personnage devient gênant pour l'avancement d'une réunion.

Voici quelques solutions pratiques pour faire face à ce type de personnages.

 

Hors sujet

Si, par chance, l’intervention de la « grande gueule » était hors sujet, votre stratégie en tant qu’animateur de réunion est simple à mettre en œuvre : il suffit de le ramener au sujet de la réunion en rappelant l’ordre du jour, que, bien évidemment, vous n’avez pas manqué de faire approuver par l’ensemble des participants au début de réunion.

Le groupe : un allié

Si l’intervention est dans le sujet, il va falloir, dans un premier temps, vous appuyer sur le groupe. De manière générale, les « grande gueule » n’inspirent pas la sympathie chez tous les participants. C’est même souvent le contraire lorsque ces mêmes participants sentent que le travail du groupe est freiné. Appuyez-vous sur ce ressentiment.

Comment ? Tout simplement en renvoyant les interventions intempestives au reste du groupe et donnant aux autres participants la possibilité de « recadrer ». En observant les attentivement les attitudes des uns et des autres vous ne manquerez de repérer les messages non-verbaux de participants que la « grande gueule » exaspérera. Vous aurez donc la possibilité de renvoyer au groupe en général ou à l’un ou l’autre des participants.

Cette stratégie présente l’important avantage de vous préserver dans votre rôle d’animateur. Elle vous évite de renter dans un conflit directement avec un participant et vous permet de conserver une position plus propice à la poursuite d'une animation sereine.

Le recadrage

Si vous ne sentez pas le groupe en situation de calmer votre malotru, ou si la première tactique n’a pas fonctionné, il va falloir vous y atteler vous. Sur le principe de la « riposte graduée », vous pourrez commencer par faire une pause pendant laquelle vous prendrez votre « grande gueule » en aparté. Il s’agira d’abord de lui faire prendre conscience, calmement mais fermement, que son comportement est un frein au fonctionnement du groupe. Il peut aussi être efficace de l’interroger sur ces objectifs, sur les raisons qui motivent ce comportement.

Le deuxième niveau de votre « riposte graduée » sera de rappeler, devant le groupe, le contenu de votre aparté. Enfin, et c’est le dernier niveau de riposte, il se peut qu’il ne vous reste que le choix d’inviter le participant désagréable à quitter la salle pour permettre à ceux dont l’état d’esprit est positif de poursuivre le travail demandé. C’est une solution extrême que je n’ai utilisée qu’une fois en quinze années de pratique professionnelle.

Vous retrouverez la thématique abordée ici en suivant la formation :

Animer une réunion


Masquer le formulaire de commentaire

 1000 caractères restants

Antispam Rafraîchir l'image Respectez la casse (majuscules et minuscules)