Nuage de tags

Recevoir la Newsletter

Pour suivre la vie du blog abonnez-vous à la Lettre d'Information.
Veuillez saisir votre adresse email
 

Réseaux sociaux

Les coccinelles

Comme tout le monde, vous avez tenu un jour une coccinelle sur vos doigts. Si un enfant était à proximité, vous avez sans doute aussi compté les points de la carapace pour imaginer l’âge de l’insecte. Mais l’observation de ce petit coléoptère m’inspire une réflexion, une métaphore que je voudrais partager avec vous.

Vous avez peut-être remarqué que la coccinelle n’est pas l’animal le mieux « taillé » pour le vol. Son corps rond et lourd n’a rien de celui d’un albatros. Sur ce corps pataud est placé une carapace qui, une fois soulevée, laisse apparaître deux petites ailes chétives qu’il faut quelques instants à déplier. Et pourtant, malgré ces handicaps certains, malgré ces réels désavantages, les coccinelles font battre leurs petites ailes avec énergie et s’envolent ! Savez-vous pourquoi ?

Lire la suite : Les coccinelles

Les accroches

Bien débuter une intervention orale n’est pas toujours facile. Il faut, en quelques instants, capter l’attention de son auditoire, introduire le sujet et, d’ores et déjà, convaincre tout en installant sa crédibilité et son expertise. L’adage qui dit « on n’a qu’une occasion de faire une bonne première impression » trouve ici tout son sens. Rater le démarrage de son intervention c’est se mettre en difficulté et il ne sera jamais facile de « rattraper le coup ».

C’est pour cette raison que je voudrais vous proposer quatre techniques qui permettent de démarrer une intervention orale, quatre « accroches », quatre techniques qui permettent de capter l’attention de votre auditoire dès le démarrage. La liste n’est pas exhaustive.

Lire la suite : Les accroches

Les balles dans le pied

Lors d’une prise de parole en public, le manque d’assurance de l’intervenant peut se révéler à l’auditoire de multiples manières. Ce que j’appelle les « balles dans le pied » en sont une particulièrement difficile à gérer parce qu’elles placent l’auditoire, sans qu’il en ait conscience, dans un état d’esprit défavorable.

De quoi s’agit-il ? Tout simplement de mots ou de tournures de phrases qui « plombent » une intervention orale. Ces mots ou ces tournures sont utilisés comme des excuses a priori, comme une demande de pardon pour la faiblesse possible de l’exposé qui suit. C’est comme l’intervenant demandait la clémence ou l’indulgence de l’auditoire au cas où la présentation ne serait pas intéressante, convaincante ou percutante.

Lire la suite : Les balles dans le pied